Le chauffeur de bus…

Ma fille venait de faire sa rentrée scolaire dans une nouvelle classe de son collège. Cela faisait plusieurs semaines qu’elle prenait le bus à l’arrêt situé à 100 mètres de la maison. Je n’avais rien entendu ni remarqué de particulier…

Elle me racontait parfois des anecdotes rigolotes à propos de ce qu’elle vivait avec ses camarades pendant le trajet en bus, entre la maison et le collège. Et puis ses anecdotes ont commencé à être moins drôles et le ton qu’elle utilisait pour les exprimer devenait de plus en plus sérieux, jusqu’à ce que je ressente chez mon enfant une certaine peur.

J’ai alors proposé à ma fille de me livrer davantage ce qui se passait pour elle et ce qu’elle ne vivait pas bien lorsqu’elle prenait le bus. C’est alors que la parole s’est libérée et qu’elle m’a confié prendre le bus désormais avec “une boule au ventre”. Et c’était directement lié au comportement du chauffeur de bus…

Elle m’a relaté tous les faits qui concernaient des enfants et ce chauffeur. Certains de ses camarades trouvaient des faits amusants de par la naïveté de leur jeune âge. Ma fille, quant à elle, ressentait que la situation n’était pas “saine”. L’attitude de cet homme, chauffeur de bus, vis à vis des enfants, lui paraissait “malsaine”.

En effet, cet homme adoptait un comportement inadapté et enfantin avec les enfants qu’il véhiculait à bord du bus. Il se mêlait des conversations privés, personnelles entre enfants et se permettait de prendre part à leurs discussions. Cela faisait rire certains enfants et notamment des jeunes filles… Mon enfant m’a également expliqué que ce chauffeur de bus regardait ces dernières d’une manière “déplacée et, malsaine”, les dévisageant de la tête au pied quand elles montaient et descendaient du bus. Il jetait également des regards soutenus à certaines dans le rétroviseur central du véhicule et, quand il entendait des moqueries à son sujet, il mettait un chiffon sur le rétroviseur pour ne plus les voir…

Un jour, il a parlé de sa vie privée aux enfants, leur indiquant faire des jeux de rôle chez lui avec des déguisements. Il tenait par moment des propos déplacés et inappropriés envers les jeunes et particulièrement envers les jeunes filles.

Ma fille n’était pas seule à ressentir peu à peu de la peur vis à vis de ce chauffeur de bus. D’autres amies à elle se sentaient de plus en plus mal à l’aise quand elles voyageaient avec cet homme au volant…

J’ai alors décidé de vérifier auprès d’autres enfants leur témoignage et ressentis. Quand je les ai vus et entendus, leur version était la même que celle de ma fille.

Certains avaient parlé à leurs parents mais, ces derniers n’avaient pas forcément pris au sérieux ce que leur enfant leur racontait. Une maman avait contacté le collège pour les alerter à propos de cette situation. La Direction de l’établissement lui a répondu qu’elle se devait de faire une démarche auprès de l’entreprise des bus scolaires. Ce parent n’avait pas été au bout de la démarche.

Ma fille était devenue angoissée dès lors qu’elle prenait le bus. Je lui ai demandé quel était son besoin dans cette situation et ce qu’elle souhaitait que je fasse à partir de ses déclarations. Elle m’a répondu : “que ça s’arrête et, que je n’ai plus la boule au ventre quand je monte dans le bus“.

De par mon métier, familiarisée avec toute sorte de profils de personnes dont certaines avec des pathologies ou, adoptant un comportement déviant, j’ai décidé d’entreprendre une démarche pour répondre à la demande de ma fille, en prévention d’un éventuel risque.

Une fois que j’avais bien connaissance des différents faits, j’ai sollicité deux autres mamans, dont l’enfant prenait le bus au même arrêt que ma fille, afin d’être accompagnée dans la démarche que je décidais d’entreprendre directement vis-à-vis du chauffeur de bus.

Un matin, j’ai accompagné ma fille à son arrêt. Les deux autres mamans et leur enfant sont arrivés. Et le bus à pointer son nez avec à son bord de nombreux collégiens et bien sûr, le chauffeur de bus en question.

Cela n’a pas duré longtemps… Déjà, j’ai remarqué son étonnement en voyant 3 adultes accompagner les enfants pour monter dans le bus. J’ai laissé ma fille monter ainsi que les deux autres camarades, puis je suis montée à mon tour, pour arriver jusqu’au niveau du chauffeur.

J’ai d’abord salué tous les enfants du bus (je connaissais la plupart d’entre eux), puis je me suis adressée à l’homme au volant. Je l’ai informé du fait que j’avais été alertée, ainsi que d’autres parents, par les enfants à propos de son comportement vis-à-vis d’eux. Je lui ai dit que parmi les faits qui ont eu lieu, certains ne sont pas acceptables et qu’il fallait que cela cesse.

Il m’a demandé mon nom. Je lui ai répondu qu’il en serait bientôt informé par sa Direction car, en toute transparence avec lui, je l’informais que j’allais l’alerter pour que nous, les parents, soyons assurés que nos enfants voyagent en toute sécurité et sérénité dans le bus qu’il conduisait. Puis, j’ai salué à nouveau les enfants installés dans le bus, dont ma fille, en leur lançant à tous un : « bonne journée les enfants ! » et je suis descendue. Ainsi, cet homme n’avait plus le sentiment d’être seul maître à bord de son véhicule, imaginant qu’il pouvait tout se permettre dans cet espace mobile réduit vis-à-vis de ce jeune public.

Le jour-même, j’ai renouvelé l’expérience d’être présente et d’attendre au niveau de l’arrêt de bus où le plus grand nombre d’enfants quittent le véhicule. Je me suis montrée à nouveau à ce chauffeur pour qu’il soit assuré de ma vigilance, désormais affirmée, à propos de ce qui se passait dans le bus avec lui. J’ai aussi voulu montrer aux enfants que nous, parents, restions vigilants et présents à leurs côtés. Ce qui rassure le jeune public qui, ainsi, ne se sent pas seul face à une telle situation.

Des jeunes filles m’ont confié ce jour-là être satisfaite de mon intervention qui avait généré très rapidement un changement de comportement du chauffeur de bus à leur égard. Après que je sois venue lui parler dans le bus, celui-ci est resté dans le silence et n’a plus eu d’échanges avec les enfants.

Quand le bus est arrivé à l’arrêt, j’ai bien regardé le chauffeur et j’ai salué un par un les enfants qui descendaient. Le message que je lui ai envoyé était de lui faire comprendre que je connaissais bien un certain nombre d’enfants qui, par conséquent, étaient susceptibles de me parler de ce qu’il constatait à bord du véhicule dont il était aux commandes.

Comme indiqué au chauffeur, j’ai contacté la Direction de l’entreprise des bus scolaires et je leur ai expliqué la situation, les faits et ma démarche. Il m’a été demandé d’adresser un courrier circonstancié pour que mon signalement et ma demande soient bien pris en compte. C’est ce que j’ai fait. J’ai alors reçu une très bonne écoute de la part de l’interlocuteur qui m’a répondu. A cette occasion, j’ai aussi appris que ce chauffeur de bus avait rencontré des difficultés dans son précédent emploi et cela concernait déjà son comportement envers un très jeune public…

Dans ce genre de situation, c’est important :

  • De vérifier les faits en disposant de plusieurs témoignages de personnes différentes,
  • de demander aux personnes concernées qu’elle est leur besoin et leur demande par rapport à la situation,
  • de se renseigner à propos des interlocuteurs et compétences à alerter,
  • de réfléchir sur les premières actions qu’il est possible de mener par soi-même, dans le respect de chacun,
  • de formaliser par écrits les éléments recueillis pour alerter les compétences adaptées.

Ceci, afin de permettre un traitement efficace et adapté de la situation.

Fort heureusement pour moi, cette affaire s’est réglée facilement et rapidement et n’a pas nécessité d’actions supplémentaires auprès d’autres compétences.

En effet, suite à mon appel signalement par téléphone, dès le lendemain, c’est un autre chauffeur qui conduisait le bus d’école de ma fille. Quand elle est rentrée à la maison, elle m’a fait part de son soulagement et aussi de la grande satisfaction de ses camarades de classe qui, tout comme elle, étaient devenus angoissé par cette situation.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.